Forteresse Royale de Chinon - Touraine

Sur un éperon rocheux, dominé par la Vienne, la forteresse médiévale de Chinon est un haut lieu de l’histoire de France. Elle est située aux confins de trois provinces : la Touraine, l’Anjou et le Poitou. L’épopée d’Henri II plantagenêt, Aliénor d’Aquitaine et de Charles VII, Jeanne d’Arc se dérouleront dans ses murs.

La forteresse de Chinon est un ensemble de trois châteaux : le fort Saint Georges, le château du Milieu composé de la tour de l’horloge et des appartements royaux de Charles VII et de Marie d’Anjou, ainsi que du fort du Coudray. L’édifice est composé de nombreuses tours qui présentent l’évolution de l’architecture défensive du XII ème au XV ème siècle sous différentes formes.

Fort Saint Georges, Palais du roi Henri II Plantagenêt :

C’est le bâtiment le plus ancien du château, il a été découvert lors de fouilles archéologiques entre 2003 et 2005. Il se situe à l’Est du bâtiment d’accueil, le palais été composé de trois ailes perpendiculaires.

Château du Milieu :

Tour de l’Horloge : La tour de l’horloge est la tour porte du château du milieu. La tour est bâtie par Jean Sans Terre en 1200. Au XIV ème siècle, elle est rehaussée afin d’accueillir une des quatre plus ancienne cloche de Touraine.

Tour du Trésor : Elle fut construite par Henri II Plantegenêt pour abriter son trésor royal. A l’époque le trésor royal est composé de chartes et documents.

Tour des Chiens : Cette tour en forme de fer à cheval est édifiée par Philippe Auguste au XIII ème. Son nom original vient du chenil établi au pied de la tour, pour abriter les meutes royales au XV ème siècle.

Les Logis Royaux : C’est en 1370 que Louis d’Anjou entreprend la reconstruction du logis, à partir d ‘un bâtiment du XIII ème siècle. Les logis prendront leurs formes définitives sous Charles VII, c’est un ensemble de trois ailes avec au milieu une cour. La reine Marie d’Anjou y résidera durant 25 ans.

Fort du Coudray :

Tour du Coudray : A la suite du siège de la forteresse au début du XIII ème siècle, le roi Philippe Auguste lance les travaux de la tour du Coudray. Cette impressionnante tour circulaire est la plus haute du château. En 1308, elle sera la prison des dignitaires templiers.

Tour du Moulin : Cette tour est bâtie au XII ème siècle par les Plantagenêt. Elle possède une belle voûte angevine ( c’est assez rare dans les châteaux ).

Tour de Boissy : Elle est construite entre la fin du XIII ème et le début du XIV ème siècle sur un plan polygonal. La tour tient son nom d’un gouverneur du château au XVI ème siècle. On peut y admirer une belle voûte d’ogive.

#HISTOIRE

Le site de la forteresse de Chinon est habité depuis 3000 ans. A la fin de l’époque gauloise un premier guerrier s’y installe. C’est à la fin de l’empire romain que la première fortification apparaît sur le promontoire rocheux, l’historien Grégoire de Tours l’évoque. Le lieu est occupé durant l’époque mérovingiennes et carolingienne.

X | XI ème siècle

Chinon est dans une position stratégique pour la défense du Val de Loire. Les comtes de Blois, vassaux du roi de France en sont les propriétaires. La première tour en pierre est bâtie au milieu du X ème siècle. Au XI ème, les comtes d’Anjou menacent sérieusement les comtes de Blois et s’emparent de la forteresse en 1044. Foulque IV achève la nouvelle enceinte de l’édifice.

XII ème siècle

Henri II Plantagenêt règne sur un empire qui va de l’Écosse aux Pyrénées. Il fait de Chinon sa capitale continentale. Sa célèbre épouse Aliénor d’Aquitaine y fût enfermée de force par son mari. Henri II construit le fort Saint Georges.

XIII ème siècle

Après un siège de neuf mois, Philippe Auguste, roi de France reprend la forteresse de Chinon à son ennemi Jean Sans Terre ( fils d’Henri II Plantagenêt ) en 1205. Le roi de France y fait bâtir la grand tour du Coudray.

XIV ème siècle

Lors du procès des templiers, Philippe le Bel va faire emprisonner les quatre dignitaires de l’ordre dont le grand maître Jacques Moley. Ils sont emprisonnés dans la tour du Coudray. Le roi les retient à Chinon afin d’éviter de les envoyer au pape Clément V à Poitiers, pour lutter contre toute tentative d’absolution de ce dernier. Qui délègue trois cardinaux pour les interroger.

XV ème siècle

Le roi Charles VII et son épouse Marie d’Anjou sont très présents à la forteresse de Chinon. C’est dans ces lieux que Jeanne d’Arc sera introduite auprès du jeune dauphin. On pense toujours à la scène dite de la reconnaissance mais la jeune femme viendra deux fois à Chinon pour rencontrer le roi. La première entrevue se déroule deux jours après l’arrivée de son voyage à travers la France le 25/02/1429. Puis environ 1 mois après l’enquête de Poitiers, Jeanne d’Arc revient à Chinon. Un peu plus tard en 1498, le fils du pape, César Borgia amène au roi de France Louis XII le jugement d’annulation de son mariage avec Jeanne de France ( fille de Louis XI ).

XIX ème siècle

Depuis le XVI ème siècle, la forteresse n’a plus de rôle stratégique. Elle est abandonnée au profit de château plus moderne. En 1824, le parc est aménagé en promenade publique. Le monument est classé Monument Historique en 1840. Mais le site est dangereux et la municipalité demande sa démolition. Les chinonais font appel à Napoléon III pour éviter cette destruction. Suite à l’intervention de Prosper Mérimée des travaux de restauration sont commencés.

XXI ème siècle

Le département de l’Indre et Loire, propriétaire du site lance un grand projet de restauration du site entre 2000 et 2010. Au programme : la restauration des remparts et du logis, ainsi que la construction d’un bâtiment d’accueil pour les visiteurs. Parallèlement des fouilles archéologiques sont menées de 2003 à 2010.

Pour la visite, dans le logis nous pouvons apprécier des collections archéologiques, des collections sur Jeanne d’Arc, des armes de la guerre de Cent Ans, ainsi que la chambre de Charles VII avec un mobilier reconstitué. Cinq tours sont accessibles dont certaines, des sous sol à la terrasse !

Pour préparer votre visite à le forteresse royale de Chinon rdv par ici

1 réflexion sur “Forteresse Royale de Chinon – Touraine”

  1. Ping : Voie verte Richelieu Chinon - Touraine - Carnet de Juliette

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *