Article écrit dans le cadre de mon voyage à vélo sur l’itinéraire l’Indre à vélo

Cité Royale de Loches - Touraine

En Touraine, la Cité Royale de Loches a toujours fait chavirer mon cœur, entre l’imposante forteresse médiévale et le doux logis Gothique, ce site est exceptionnel ! Autour d’un monastère fondé au V ème siècle par Saint Ours, se sont installés à la fin du X ème siècle les comtes d’Anjou. Sur un éperon rocheux, ceinturé de 2 km de remparts, deux monuments très différents sont construits durant cinq siècles du XI ème au XVI ème siècle. La Cité Royale de Loches connaîtra les plus grands de son époque : Foulques Nerra III d’Anjou, Jeanne d’arc, Agnès Sorel ou encore Louis XI.

Le Donjon de Loches

Il se trouve au sud de la Cité Royale. Le donjon est haut de 37 mètres, il est un des plus remarquables et des mieux conservés de l’époque romaine ! C’est le comte d’Anjou Foulques Nerra III d’Anjou dit le faucon noir qui bâti le donjon entre 1013 et 1035. Il sert de résidence, le comte y reçoit ses hôtes, il rend justice et il sert de refuge. Durant l’époque de Foulques Nerra III, il sera au cœur des luttes contre la maison de Blois. Le donjon de Loches va subir plusieurs sièges entre la lutte territoriale des Capétiens et des Plantagenêt entre le XII ème et XIII ème siècle. Au fils des siècles plusieurs éléments d’architecture évoluent en fonction des progrès de l’artillerie. La courtine Plantagenêt avec ses tours en forme d’amandes en est le plus bel exemple. En 1193 Jean Sans Terre livre la place à Philippe Auguste. Mais Richard Cœur de Lion s’en empare en 1194 après un siège qui dura 3 heures. C’est en 1205 que Philippe Auguste assiège pendant 1 ans le donjon de Loches, la ville entre dans les possessions de la Couronne de France.

Véritable forteresse, le donjon va devenir sous Louis XI et jusqu’au XVIII ème siècle une prison d’état. Il accueil des prisonniers de haut rang comme : Jean d’Alençon, Philippe de Commynes, Jean de Poitiers ou Ludovic Sforza. En 1801, le vieux donjon devient une prison départementale, la maison d’arrêt de Loches cesse son activité en 1926.

# Barbacane

De plan triangulaire, elle forme un éperon au nord du donjon pour le protéger. Elle est édifiée au XV ème siècle en accord avec les progrès de l’artillerie.

# Pavillon d’entrée du donjon & donjon

Construit à la base du donjon, c’est à l’époque médiévale l’entrée principale. Elle est équipée d’un pont levis. C’est ici qu’est enfermé Philippe de Commynes, chroniqueur de Louis XI. Il séjourne dans la célèbre cage en bois et fer du roi. Cette cage fait deux mètres de hauteurs et deux mètres de large, elle est même équipée de latrine. Contrairement à la légende, la cage est plutôt confortable.

L’impressionnant donjon est bâti par Foulques Nerra III au début du XI ème siècle, sur un plan quadrangulaire, haut de 36 mètres ! Aujourd’hui il est dépourvue de plancher et de toit, il reste cependant les cheminées. Le rez de chaussée sert de réserve. Le premier étage accueille la grande pièce d’apparat, le second étage est l’appartement seigneuriale.

# Tour Louis XI

Cette tour cylindrique de 3 étages est construite au XV ème siècle dans le but de remplacer l’usage du donjon roman.

Salle de la question : Les accusés subissent divers supplices pour soustraire les aveux des prisonniers.

Salle des graffitis : elle est le témoignage de nombreux prisonniers, soldats ou résidents qui vécu à la Cité Royale de Loches. On retrouve des écritures et des figurations. C ‘est une véritable documentation sur la vie à l’époque.

Salle du duel : dans cette salle, une frise est creusée dans l’épaisseur du mur, sur les quatre murs de la pièce. Ces sculptures datent de la deuxième moitié du XVI ème siècle, elle représente 13 personnages et un calvaire, les hommes sont équipés d’armes diverses. L’auteur de cette frise serait une seule personne.

# Tour du Martelet

La tour du Martelet est édifiée au XV ème siècle, à l’emplacement d’un réseau complexe de souterrains et carrières de pierre creusée au XI ème siècle. Elle abrite quatre cachots sur 27 mètres de hauteur.

Cachot de Ludovic Sforza : Le duc de Milan, est fait prisonnier par Louis XII en 1500 lors des guerre d’Italie. Il est enfermé à Loches de 1504 jusqu’à 1508 ( année de sa mort ). Le duc de Milan est un prisonnier bien traité : il peut se promener dans la cour, recevoir des visiteurs ou encore avoir la compagnie de son bouffon. Il orne son cachot de peinture remarquable.

Cachot des évêques : A la suite de l’affaire du connétable de Bourdon, qui avait pour projet de destituer François 1er . Antoine de Chabannes et Jacques Hurault, évêques du Puy et d’Autun sont emprisonnés au donjon de Loches en 1523 pendant 6 mois.

Souterrains : vingt mètres en dessous du niveau de la cour se trouvent des galeries creusées au XI ème siècle pour extraire du tuffeau nécessaire à la construction du donjon. Au moyen âge les souterrains servaient de refuge où ils permettaient de quitter la forteresse en cas de siège.

# Fortifications

La chemise correspond au rempart bâti en 1140/1150 pour assurer une protection rapprochée du donjon. Plus loin la courtine Plantagenêt, Henri II renforce à la fin du XII ème siècle la défense du donjon avec la construction de l’enceinte qui entoure et protège la Cité Royale. Au sud on découvre trois tours en amande, ce sont des tours de neuf mètres de diamètre, elles disposent des trois étages. A leurs pieds se trouvent un grand fossé sec de 2, mètres de large creusé au XIII ème siècle en plein roc.

Logis Royal de Loches

Le Logis Royal de Loches sera la résidence favorite et une demeure de plaisance de la dynastie des Valois. Trois femmes on réellement marqué son histoire : Jeanne d’Arc, Agnès Sorel et Anne de Bretagne.

Le logis est bâti sur la pointe nord du rocher. A la fin du IV ème siècle un château est déjà présent sur cet emplacement. Grégoire de Tours écrit que Saint Ours est établi tout près d’un castellum. En 742 Carloman et Pépin le Bref détruisent la forteresse de leur ennemi le duc d’Aquitaine. C’est au IX ème siècle que Charles le Chauve commence à aménager la forteresse. Durant cette période Loches devient la ville la plus importante du sud de la Touraine. Au XIV ème siècle sous le règne de Charles V la tour de guet ( aujourd’hui tour Agnès Sorel ) est édifié, ainsi que la partie centrale du logis. Le monument a un caractère défensif car il est édifié durant la guerre de Cent Ans.

Le Logis Royal de Loches va abriter l’idylle du Charles VII et d’Agnès Sorel. Charles VIII et Louis XII, avec leur commune épouse Anne de Bretagne vont agrandir le logis dans un style gothique rayonnant et flamboyant, qui annonce la Renaissance. Sur la façade du logis, ainsi que sur son escalier, il y a des sculptures de chiens, en référence à la distraction favorite des rois. Les successeurs des Valois ne seront pas attachés à la Touraine. Lors des guerres de religion le logis souffre, sous la terreur il va servir de prison pour de nombreux suspects. Durant l’Empire le logis abrite le service administratif de la sous-préfecture. Des 1948 le château de Loches est ouvert à la visite !

# Salle Charles VII

Dans cette antichambre, le roi recevait ses hôtes. C’est ici que les grandes décisions sont prises.

# Salle Jeanne d’Arc

C’est dans cette salle que Jeanne d’Arc rencontre suite à la victoire d’Orléans pour le seconde fois le dauphin en juin 1429. Elle le convainc d’aller se faire sacré roi de France à Reims. Au XV ème siècle il n’y avait pas de plafond comme aujourd’hui, la salle était deux fois plus grande.

# Salle Agnès Sorel

La célèbre Agnès Sorel est une femme de petite noblesse Picarde, elle est présentée au roi en 1443. Dorénavant Agnès va devenir la suivante d’Isabelle de Lorraine puis favorite du roi. Cette femme au bel esprit et à la beauté fatale devient la première maîtresse officielle, elle aura une grande influence à la cour. A vingt cinq ans elle décède des suites d’un mystérieux flux au ventre. Des examens de ses restes ont montré un important taux de concentration de mercure. Son tombeau se trouve dans cette pièce de 1970 à 2005. Selon sa volonté, son tombeau est déplacé dans la collégiale Saint Ours.

# Cabinet de travail et oratoire d’Anne de Bretagne

Dans le cabinet de travail d’Anne de Bretagne, des siècles plus tard des prisonniers de la révolution ont laissé des inscriptions sur les murs ainsi que des bordures au nom des prisonniers sur les fauteuils. Anne de Bretagne séjourne fréquemment au Logis Royal pour elle est bâti vers 1500, un magnifique oratoire dans un style gothique flamboyant. Les murs sont sculptés de moucheture d’hermine, l’emblème de la Bretagne.

Pour préparer votre visite a la Cité Royale de Loches rdv par ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *