Article écrit dans le cadre de mon voyage à vélo sur l’itinéraire l’Indre à vélo

Château d'Azay le Rideau - Touraine

Le château d’Azay le Rideau est situé entre Tours et Chinon, sur une petite île de l’Indre. C’est à Gilles Berthelot et à Philippe Lesbahy que l’on doit ce bijou architectural de la première Renaissance. Dans le  » Lys dans la vallée  » en 1835, Balzac dira « Le château d’Azay, diamant taillé à facettes serti par l’Indre, monté sur pilotis masqués de fleurs ».

#UN PEU D’HISTOIRE

Azay connaîtra beaucoup de modifications au fil des époques. Au X ème siècle, le premier château fort est bâti. Le seigneur Ridel d’Azay, armé chevalier par Philippe-Auguste, donne son nom au village au XI ème siècle. L’édifice que nous découvrons aujourd’hui est construit sur les ruines de ce château. Le nouveau monument est composé de deux corps de bâtiments en forme de L. Gilles Berthelot trésorier du roi, achète la seigneurie et le château fort en 1510.
Avec son épouse Philippe Lesbahy, héritière de terre voisine, ils entreprendrons la reconstruction du château dans un style Italien.

Gilles Berthelot est un proche : de Semblamçay ( surintendant des finances ), lorsqu’il est accusé de malversation et exécuté. Les Berthelot prennent la fuite et abandonne leur œuvre. François 1er saisit le château et l’offre en 1537 à son compagnon d’arme Antoine Raffin. Il édifia la chapelle seigneuriale adossée à l’église Saint Symphorien. Ses descendants occupent le château jusqu’au XVIII ème siècle. Françoise de Souvré accueillera Louis XIII au château et sera nommé gouvernante de Louis XIV en 1638. Le marquis de Vassé aménage la cour en demi-lune et les communs à la fin du XVII ème siècle.

En 1791 le marquis Charles Biencourt achète le château et lance des travaux d’aménagement du parc paysagé. Lui et ses descendants redonnent le lustre au château en le restaurant. Le troisième marquis de Biencourt ouvre le château à la visite en 1850. La création du miroir d’eau devant la façade sud date de 1855. C’est le quatrième marquis Charles Marie Christian qui, suite à sa ruine vend le château en 1882. L’état l’achète en 1905. Il sera par la suite classé aux Monuments Historiques en 1914. L’édifice va bénéficier d’une grande restauration de 2014 à 2017.

# Escalier

Il est l’entrée d’honneur du château, l’escalier est au centre du logis principale. C’est un des premiers escaliers à rampe droite édifié dans la région au XVI ème siècle, il est inspiré directement de l’Italie. Il est composé de trois étages de loggias, avec au plafond de magnifiques ornements à caissons, qui représentent des médaillons à l’antique des rois et reines de France, de personnes ou animaux fantastiques. La main courante est directement sculptée dans le mur.

# Grande Comble

La coupe du bois de chêne de la forêt de Chinon est autorisée par François 1er en 1517. Le comble est dit à «  surcroît » : les murs supportent la charpente qui s’élève directement au dessus du plancher. Elle est achevée en 1522. Au XIX ème les combles sont cloisonnés en chambres pour les domestiques.

# Chambre Renaissance de Philippe Lesbahy

C’est la chambre de l’épouse de Gilles Berthelot. A cette époque elle est un lieu de vie à part entière, elle est multifonctionnelle. On y trouve de nombreux éléments de rangement. Le lit à quenouilles est typique de la Renaissance, celui ci date de 1840 il est dans un style néo-renaissance. Les richesses des étoffes de soie montre le raffinement des intérieurs du XVI ème siècle. Au mur on découvre des nattes de jonc tressées, c’était une pratique très rependue à l’époque pour isoler les pièces du froid.

# Salon Biencourt

Le salon des marquis de Biencourt est une très belle pièce d’apparat. Son ambiance y est feutrée et les textiles raffinés à la mode du XIX ème siècle dans un style néo-renaissance. La salamandre de la grande cheminée date de 1856. Les portraits autours de la cheminée sont issus d’une collection de portraits de grands personnages de France du XVI ème au XVII ème siècle. C’est un exemple des demeures aristocratiques du XIX ème siècle.

# Chambre du Roi

C’est dans cette chambre que Louis XIII dormit deux nuits en 1619. Le lit à baldaquin date du XVII ème siècle. Les tapisseries au mur, du XVII ème siècle représentent deux épisodes de la  » Jérusalem délivrée ».

Pour préparer votre visite au château d’Azay le Rideau rdv par ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *