Monastère Royal de Brou – Ain

L’impressionnant Monastère Royal de Brou est situé à Bourg en Bresse dans l’Ain. Les tombeaux sculptés en marbre et albâtre, la toiture en tuiles vernissées, en font sa renommée ! Il est un véritable chef d’œuvre du gothique flamboyant.

# Un peu d’histoire

Le Monastère Royal de Brou est l’œuvre d’une princesse Européenne, fille d’un empereur à l’aube de la Renaissance, il s’agit de Marguerite d’Autriche ( 1480 – 1530 ) qui commande sa construction. Elle est issue des plus prestigieuses maisons européenne : la Bourgogne et les Hasbourg. Marguerite d’Autriche va connaître trois destins grandioses : Reine de France, Infante d’Espagne et Duchesse de Savoie ! Elle est mariée au dauphin de France, le futur Charles VIII mais à 11 ans elle est répudiée au profit d’Anne de Bretagne. Ensuite, elle épouse Don Juan, le fils du roi Ferdinand d’Aragon mais il décède dans sa vingtième année. Devenue veuve, elle épouse le duc de Savoie, Philibert le Beau en 1501. La duchesse de Savoie aura une vie heureuse avec son époux. Mais il décède rapidement, à la suite d’une partie de chasse ou il a bu de l’eau glacé. Marguerite d’Autriche deviendra régente des Pays Bas.

Le monastère est bâti en hommage à son mari le duc de Savoie. Sa construction débute en 1506. Des moines augustins intègrent l’édifice dès 1513, mais l’église ne sera consacrée qu’en 1532. A la fin du XVIII ème siècle, les moines quittent le monastère. En 1823, c’est l’installation du grand séminaire jusqu’en 1907.

# L’église

La façade occidentale de l’église est composée de 3 corps accolés dans un style gothique flamboyant avec des motifs architecturaux inattendus.  Elle est édifiée entre 1513 à 1532. Sa nef fait 72 mètres de long et 30 mètres de large. Dans la nef, les piliers et verrières sont très sobres pour offrir un plus grand contraste avec le décor du chœur.

Les voûtes atteignent jusqu’à 21 mètres de hauteur ! La tour clocher est au sud du chœur, elle fait 6 étages. Le jubé est l’un des rares qui reste en France ! Il sépare le chœur de la nef, c’est aussi une passerelle entre la chapelle de la princesse et ses appartements.

Dans le chœur, le décor luxuriant et les couleurs contrastent avec la sobriété de la nef. Les cinq vitraux sont créés entre 1525 et 1531. La verrerie centrale représente l’apparition du Christ ressuscité, à Marie Madeleine et à la Vierge. De part et d’autre, Philibert le Beau et Marguerite d’Autriche sont représentés. La chapelle de Marguerite possède une banquette d’albâtre blanc et de marbre noir. Le vitrail représente le couronnement de la Vierge. Le retable en albâtre est consacré aux «  Sept joies de la Vierge«  , sept épisodes heureux de Marie.

# Stalles de chêne

Autour du chœur le décor très ouvragé est sculpté entre 1530 et 1532. Les scènes et personnages représentés sont issus de l’ancien testament au sud et du nouveau testament au nord.

# Les tombeaux

Les trois tombeaux du monastère royal de Brou en font sa renommée ! Ils sont dessinés en 1516 par Jean de Bruxelles, qui travaille à la cour des Pays Bas. Le premier tombeau est celui de Marguerite de Bourbon, la mère de Philibert le Beau. Il est dans une niche funéraire creusée dans le mur. Son décor flamboyant est très riche de statuettes de Saints et Saintes. C’est le plus simple et traditionnel des tombeaux.

Le suivant celui de Philibert le Beau est au milieu du chœur. Il est composé de deux étages comme celui de son épouse. Philibert le Beau est représenté par deux sculptures : vivant avec son habit d’apparat et mort dans l’attente de la résurrection. Le décor du tombeau est toujours dans le style flamboyant ; dans des niches sont sculptées, dix sibylles, elles représentent des prophétesses de l’antiquité païenne.

Le dernier tombeau celui de Marguerite d’Autriche est le plus fabuleux. C’est un chef d’œuvre des décors gothique flamboyant avec une profusion de sculptures. Dans un lit à baldaquin de pierre, on découvre deux représentations superposées, l’une en marbre et l’autre en albâtre.

# Les cloîtres, l’appartement de Marguerite et le musée

Le monastère royal de Brou est composé de trois cloîtres sur deux niveaux pour une superficie de 4000 m². Le cloître des communs desservait la cuisine, le cloître des moines est le lieu de déambulation des moines. Le dernier cloître, celui des hôtes permettait de loger Marguerite d’Autriche et sa suite. Dans ses appartements, composés de trois pièces, il y a un espace dédié aux principaux aspects de sa vie : l’amour, le pouvoir et l’art. Les bâtiments autour du cloître accueille depuis 1922 un musée des beaux arts et d’art décoratif avec des œuvres du XII ème siècle à nos jours.

Pour préparer votre visite au Monastère Royal de Brou rdv par ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *