Article écrit dans le cadre de mon voyage à vélo sur l’itinéraire l’Indre à vélo

Loches - Touraine

Ville du sud de la Touraine, Loches et sa Cité Royale sont vraiment des incontournables, au patrimoine très riche. Une partie de Loches est édifiée sur un promontoire rocheux, dominant la vallée de l’Indre. L’emplacement de cette cité n’a pas été fait au hasard, elle se situe au croisement de deux anciennes voies Romaine.

#HISTOIRE DE LOCHES

Un castrum gallo-romain est présent des le V ème siècle. Un ermite nommé Ursus venant de Cahors, fonde en 491 un monastère à Loches. La ville fait partie du Royaume des Wisigoths de Toulouse ( Clovis étant au nord de la Loire ). Mais en 742, la citadelle va être rasée par les fils de Charles Martel. C’est Charles le Chauve qui ordonne sa reconstruction en 840, et confie la ville à Adelaude. La petite fille d’Adelaude, épouse en 900 Foulques le Roux, le 1er comte héréditaire d’Anjou, Loches est alors Angevine.

En 1007, Foulques Nerra ( comte d’Anjou de 987 à 1040 ), fonde l’abbaye de Beaulieu les Loches, au retour de son premier pèlerinage à Jérusalem. Il va remplacer le donjon en bois par un donjon de pierre en 1030. Ses descendants : les comtes d’Anjou Les Plantagenêt, Henri II et son fils Richard cœur de Lion renforcent la défense de la citadelle. Après un siège d’un an, mené par Dreux de Mello ( connétable de Philippe Auguste ) il récupère la ville de Loches en 1205, qui rentre dans le domaine royal. Au milieu du XIV ème siècle, le premier logis royal est construit à l’extrémité du promontoire rocheux.

Des 1422, Charles VII va en faire une de ses résidences favorites. Il va y recevoir Jeanne d’Arc en juin 1429 après le triomphe d’Orléans. Dans les années 1443-1450, il y vient souvent avec sa maîtresse Agnès Sorel. Le fils de Charles VII et de Marie d’Anjou, Louis XI passe son enfance à Loches. Il remaniera entièrement les dispositifs de défense pour s’adapter aux armes nouvelles. A la fin des guerres de Cent Ans, le donjon de Loches est transformé en prison d’état jusqu’en 1923. Les époux successifs d’Anne de Bretagne : Charles VIII et Louis XII agrandiront le logis.

Par la suite, François 1er autorise la construction de maison en dehors des murs déjà existants. Durant cette période au XVI ème siècle Loches est une «  bonne ville du Royaume », elle est le siège de nombreuses fonctions administratives, ce qui implique l’édification de nouveaux bâtiments publics et des hôtels particuliers dans un nouveau style : la Renaissance. François 1er est tellement fier de cette ville qui rajeunie grâce à lui, qu’il y convie le 12 décembre 1539, son meilleur et pire ennemi : Charles Quint. C’est une rencontre entre deux des plus puissants monarques de l’Europe au XVI ème siècle. Lors des guerres de Religions, Loches va subir quelques troubles et pillages, mais les murailles et édifices resteront debout pour nous inviter à les découvrir de nos jours.

#TOUR SAINT ANTOINE

Du haut de ses 52 mètres, la tour Saint Antoine est édifiée pour être le clocher de la chapelle Saint Antoine, qui se situait à ses pieds, mais la tour sert aussi de beffroi à la ville. Sa construction dura de 1529 à 1575. Sur les 2/3 de la tour seule une frise de médaillons la décore. Mais dans les 1/3 des parties hautes, le clocher s’ouvre sur deux niveaux de balustrades ornées. La tour Saint Antoine est couronnée par un dôme octogonale décoré de quatre lucarnes à fronton.

#HÔTEL DE VILLE

Sa construction est autorisée et encouragée par François 1er , elle dura de 1535 à 1543. Le lieu choisi est exigu, l’hôtel de ville va être attenant à la Porte Picoys. Ce qui lui vaudra d’être bâti en parallèle à l’enceinte. La particularité de l’hôtel de ville est son escalier droit sur rampe, il est le seul édifié dans un bâtiment civil en Val de Loire.

#CHANCELLERIE

C’est sur une maison du XV ème siècle, qu’une façade décorée dans un style de la seconde Renaissance, est accolée en 1551. Elle est l’œuvre de l’architecture Française les plus novatrices de son temps avec l’emploi des ordres antiques. Au XVIII ème siècle, une aile perpendiculaire est ajoutée. C’est aujourd’hui un lieu d’exposition permanente et temporaire comme en ce moment avec l’expo  » Trésor de Napes  » 

#MANOIR DE SANSAC

Il détient le nom de son commendataire Louis Prevost de Sansac, un fidèle compagnon d’armes de François 1er. Le manoir est édifié à partir de 1529, deux petites ailes ailes sont ajoutées au XVII ou XVIII ème siècle. Au dessus de la porte se trouve un portrait des plus authentiques de François 1er. La tradition veut que la rencontre entre François 1er et Charles Quint en 1539 ait eu lieu ici.

#PORTE DES CORDELIERS

Cette porte est construite sur un plan quadrangulaire au XV ème siècle. Elle dispose de deux ponts levis et de belles tourelles d’angles. Le chemin de ronde est défendu avec des créneaux et meurtrières en alternance.

#COLLÉGIALE SAINT OURS

Elle est au cœur de la Cité Royale, au centre du promontoire rocheux. En 962 une église/collégiale est fondée sur l’emplacement d’un oratoire. Elle dispose d’un chapitre de douze chanoines, qui relèvent directement du Saint Siège, par un accord du pape Jean XIII. Au XII le transept et l’abside furent reconstruit et voûté entre 1160 et 1168. Le prieur Thomas Pactius, remarque l’état de vétusté de la voûte de la nef. Il va faire couvrir la nef de deux coupoles octogonales ou dubes ( ils sont creux à l’intérieur ). C’est un cas unique en France. Au fil des siècles d’autres modifications seront effectuées. En 1802, quand le libre exercice du catholicisme est rétabli, l’ancienne collégiale devient une église paroissiale.

Un des trésors de la collégiale Saint Ours est le tombeau d’Agnès Sorel. Son cœur était conservé à l’abbaye de Jumièges et son corps dans la collégiale Saint Ours de Loches, comme c’était son souhait. Son gisant est magnifique, il est en albâtre, la reine de beauté est représentée en attitude de prière avec à ses pieds deux agneaux, qui évoquent sa douceur et son prénom.

Pour préparer votre visite à Loches rdv par ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *