Château d'Oiron

Le château d’Oiron est situé aux confins du Poitou, de l’Anjou et de la Touraine. C’est un monument méconnu mais quel merveilleux château ! Aujourd’hui il accueille une collection d’art contemporain unique en France.

# Histoire

L’histoire du château débuta en 1449 quand Guillaume Gouffier reçoit de Charles VII la terre d’Oiron. Son fils Artus devient grand maître en 1515. Mais c’est une génération plus tard, que la famille atteint son apogée avec Claude Gouffier, grand écuyer de François 1er et d’Henri II. C’est lui qui fait bâtir la partie gauche du château, ainsi que la galerie avec des peintures de style de l’école de Fontainebleau. Son petit fils, Louis, va faire des travaux, notamment : la construction du pavillon du roi, le bâtiment des officiers et une partie du château. 

Malheureusement il va être exilé par Louis XIII dans son château d’Oiron. Le déclin des Gouffier commence… Son héritière Charlotte Gouffier, va épouser le duc de la Feuillade. Ils vont terminer les travaux de Louis. Après le décès du duc de la Feuillade, son fils est endetté, il vend l’édifice à ses créanciers.

La plus connue des propriétaires du château, madame de Montespan, l’achète en 1700 par le biais de son fils le duc d’Antin. En échange d’un collier de perle qu’elle renvoie à Louis XIV, il lui donne 100 000 francs pour l’acquisition des terres d’Oiron. Sa sœur Gabrielle de Rochechouart de Mortemart, abbesse de Fontevraud est toute proche. Donc c’est le fils de Mme de Montespan, le duc d’Antin ( son seul fils légitimé de son mariage avec le marquis de Montespan ) qui devient propriétaire du château, mais sa mère se réservait la jouissance de ses terres. Louis XIV va nommer le marquis d’Antin, directeur des bâtiments du roi, puis il sera fait duc et pair de France.

Ensuite des propriétaires différents et moins illustres se succéderont. Le château d’Oiron va être classé aux Monuments Historiques en 1923. L’état l’achète en 1943 et lancera une grande restauration dans les années 80. Depuis 1993, il accueille la collection d’art contemporain : Curios & Mirabilia, conçue en référence au grand collectionneur d’art : Claude Gouffier dans l’esprit des cabinets de curiosité de la Renaissance.

# Galerie Renaissance

Cette galerie est vraiment une pure merveille. Les peintures datent du XVI ème siècle, de l’époque de Claude Gouffier, elles relatent l’histoire de la guerre de Trois et de la vie du héros Troyen Enée, dans le style de l’école de Fontainebleau. Les scènes s’inscrivent dans des cadres en trompe l’œil, habillées par des figures en rapport avec le sujet. La lecture des peintures commence à droite de la cheminée par un prologue à la gloire de François 1er et se déroule ensuite pour s’achever par Enée aux enfers à gauche de la cheminée. C’est une des plus grande création du milieu du XVI ème siècle. Les décors du plafond à caissons datent du XVII ème siècle, et il est composé de motifs végétaux, d’images naïves, et des armes de la famille.

# Salle des batailles

Cette pièce est aménagée au XVII ème siècle par le marquis de la Feuillade. L’œuvre d’Ian Hamilton Finlay : la bataille de Midway, mêle vrombissement des abeilles et avions pour évoquer, tant la douceur que la violence de ce monde.

# Salle des Anamorphoses

Dans les cuisines du XVII ème siècle, on trouve différentes formes d’anamorphoses, jeux d’illusions qui constituaient une partie importante des anciens cabinets de curiosité.

# Salle à manger

Dans la salle à manger Raoul Marek a représenté le profil de 150 habitants du village sur des assiettes, ainsi que leurs initiales sur un verre et leurs empreintes sur une assiette.

# Galerie des portraits

Ici Chritian Baltanski a réalisé une véritable galerie de portraits en photographiant les écoliers d’Oiron.

# Escalier

Au pied de l’escalier se trouvent des peintures du XVI ème sicèle qui évoquent les plaisirs de la nature. On trouve également une corne de licorne, œuvre de James Lee Byars.

# Salon du soleil

Dans les anciens appartements de Louis Gouffier, 365 brûlures solaires vont être obtenues par Charles Ross avec des loupes afin de faire un calendrier solaire.

# Cabinet des monstres

Les animaux fabuleux, monstres constituent une partie importante des cabinets de curiosités au XVI ème siècle. Thomas Grünfels, nous présente une série d’animaux hybrides.

# Salle des armes

Daniel Spoerni interprète les traditionnels représentations des pièces guerrières, avec douze corps en morceaux.

# Chambre du roi

La chambre du roi ainsi que le cabinet des muses forment l’appartement d’apparat de Louis Gouffier au début du XVII ème siècle. Les murs sont habillés par Claude Rutault avec des peintures plates.

# Cabinet des muses

Le décor de cette pièce est caractéristique du début du XVII ème siècle. On apprécie les neuf muses en compagnie d’Apollon, de Minerve et de Mercure.

Pour préparer votre visite au château d’Oiron rdv par ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.