Abbaye de Royaumont - Val d'Oise

L’abbaye de Royaumont est de fondation royale. Elle est un chef d’œuvre architectural du gothique. L’édifice connaîtra plusieurs usages : monastère cistercien, abbaye de cour, site industriel, noviciat, hôpital de guerre, résidence de campagne et aujourd’hui un centre culturel de rencontre.

# HISTOIRE

Le roi Louis IX et sa mère Blanche de Castille fondent l’abbaye de Royaumont en 1228, suite à un vœux de Louis VIII. Le roi surveille les travaux et les finances. L’abbaye est achevée dès 1235. Au total Saint Louis fera 19 séjours entre prières et repos . Il y fera inhumer son frère et trois de ses enfants décèdés prématurément. L’édifice est rattaché à l’ordre cistercien. Abbaye de fondation royale, Royaumont aura un grand rayonement au XIII ème siècle.

Au décès du roi, sa situation privilégiée prend fin et dès le XIV ème siècle le manque de moyen se fait ressentir. Au milieu du XVI ème siècle, l’abbaye passe sous le régime de la commende jusqu’a la Révolution. Ce sont des personnes proches du pouvoir et non religieux qui sont en charge de gérer l’abbaye. Quand la Révolution arrive, il reste dix moines à l’abbaye. Les ordres monastiques sont supprimés et le monument est vendu comme bien national.

A partir de cette période le site va devenir une manufacture en lien avec le tissu. Certains bâtiments sont détruits, les autres réutilisés. Un nouveau canal est créé pour la nouvelle utilisation de l’abbaye. En 1869, le noviciat des religieuses de la sainte famille de Bordeaux s’installe ici. Elles restaurent les lieux dans leurs usages d’origine. La communauté doit quitter l’abbaye et en 1905 Jules Gouin achète le monument. Son petit fils Henry Gouin ouvre les portes de leur résidence secondaire aux artistes et intellectuels. La fondation Royaumont est créée en 1961 afin de conserver et d’enrichir ce patrimoine unique.

# LA VISITE

L’abbatiale

C’était le bâtiment le plus important de l’abbaye de Royaumont. Sa nef faisait 106 mètres de long pour une hauteur sous voûtes de 28 mètres. L’abbatiale mêlé style royal et architecture cistercienne. Elle fût malheureusement démantelée en 1792 afin que la pierre soit réutilisée pour la construction du village des ouvriers et d’un bâtiment de tissage. Il en reste une tour d’escalier et les fondations.

Sacristie

Elle était directement reliée au transept de l’ancienne église abbatiale. C’était un lieu qui abritait les vêtements et objets liturgiques ainsi que les manuscrits. La sacristie dispose d’une belle voûte en berceau brisé.

Cloître

Le cloître est l’espace central de l’abbaye, il dessert les principales salles de l’abbaye. Ses quatre galeries sont toutes composées de neuf travées voûtes d’ogives avec des clefs de voûtes aux décors végétaux. A l’origine les galeries étaient couvertes d’un toit en tuiles.

Réfectoire des moines

Il est composé de deux vaisseaux de six travées voûtées d’ogives. Ses dimensions sont impressionnantes : 40 mètres de long , 13 mètres de large. Il servit d’atelier et de séchoir. Ce sont les dernières religieuses qui le transforment en chapelle, d’où les vitraux. L’orgue Cavaille Coll est installé en 1936. Le réfectoire accueille le tombeau du comte d’Harcourt qui était initialement dans l’abbatiale. Le sol est refait en 2001/2002 avec des carreaux unis, à motifs héraldiques, animalier ou des motifs végétaux et géométriques. Le tout fabriqué selon les techniques du XIII ème siècle.

Cuisine

Son architecture massive est plus simple que les autres lieux de l’abbaye. Les menus des moines étaient encadrés par la règle de Saint Benoit. La cuisine de l’abbaye a servit entre autre de forge et d’atelier d’impression.

Réfectoire des moines

Le réfectoire avec le cellier et le dortoirs à l’étage forment un ensemble dédié aux frères convers qui étaient séparés du reste de l’abbaye. La pièce a connu d’autres usages : salle de théâtre et de bal. Elle retrouve son usage d’origine au XIX ème siècle.

Pour préparer votre visite à l’abbaye de Royaumont rdv par ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.