Abbaye de Fontevraud – Maine et Loire

L’imposante abbaye de Fontevraud est située entre l’Anjou, la Touraine et le Poitou. C’est le plus vaste ensemble monastique qui date du Moyen Age ( 13 hectares de superficie ). Fontevraud sera chérie par les Plantagenêts qui en feront leur lieu de sépulture.

L’abbaye de Fontevraud est fondée en 1101 par Robert d’Arbrissel, il choisi un vallon boisé pour y établir sa communauté. Il s’inspire de la règle bénédictine pour allier vie de pauvreté, pénitence et travail. L’ordre de Fontevraud sera double, il accueille les femmes et les hommes. Son créateur décide que ce sera une abbesse qui dirigera la communauté.

La première d’entre elle en 1115 sera Pétronille de Chémillé. Ensuite 36 femmes vont se succéder jusqu’en 1792. De nombreuses moniales seront de sang royal notamment après Renée de Bourdon, 4 abbesses de la famille royale tiendront les rênes de Fontevraud pendant 146 ans. En 1200, Aliénor d’Aquitaine se retire dans le monastère pour passer les dernières années de sa vie, auprès des dépouilles de son mari et fils.

L’abbaye de Fontevraud est composée de quatre monastères : Le Grand Moutier pour les moniales, qui est le plus vaste. Saint Jean de l’Habit pour les hommes. Sainte Marie Madeleine pour les filles repenties et Saint Lazarre pour les lépreux. La régle propre à l’ordre de Fontevraud sera éditée en 1670. Gabrielle de Rochechouart, abbesse sous Louis XIV et la sœur de sa favorite Mme de Montespan. Elle sera reconnue pour son intelligence et sa culture. Quatre des plus jeunes filles de Louis XV séjourneront ici. Un logis est même construit pour elles entre 1738 et 1748.

Après 700 ans de vie monastique en 1792 les dernières religieuses sont expulsées de leur abbaye. Napoléon va décider de transformer les lieux en prison. Elle le restera de 1804 à 1963. A sa plus forte période d’occupation il y avait 2000 prisonniers, entre hommes femmes et enfants. Elle est réputée pour être une des plus dures prisons de France.

Après de nombreuses restaurations en 1975, l’abbaye se transforme en un important centre culturel. La dernière nouveauté est la création en 2021 d’un musée d’art moderne dans les écuries. Les œuvres présentées proviennent de la donation de Martine et Léon Cligman.

# Église Abbatiale

L’abbatiale est édifiée entre 1105 et 1165 dans un style Angevin/Poitevin. On y découvre une centaine de chapiteaux sculptés, son chœur est composé de dix colonnes très sobres. Leurs dimensions sont imposantes : 90 mètres de long, 16 de large et 21 de hauteur sous coupole. Son clocher culmine à 57 mètres et d’ici quelques années il retrouvera ses six cloches. Le début de la restauration de l’abbaye date de 1903 , les traces de la prison sont effacées. Les vitraux datent de 1914. Les magnifiques gisants des Plantagenêts sont installés dans la nef en 1990.

# Les gisants : nécropoles royales des Plantagenêts

Dans les dernières travées de la nef se trouve le trésor de l’abbaye : les gisants de la famille Plantagenêts. Henri II décède à Chinon en 1189, son souhait est d’être enterré à l’abbaye de Grandmont dans le Limousin. Mais son épouse Aliénor d’Aquitaine en décide autrement et le fait enterrer à l’abbaye de Fontevraud, qui devient leur nécropoles royale, elle symbolise la puissance de la dynastie. Ils régneront sur l’Angleterre et l’Ouest de la France. Leur fils Richard Coeur de Lion décède en 1199, il va être inhumé également à l’abbaye. Aliénor va commander les gisants en 1204. Sur le sien, sa sculpture tien un livre, symbole de son érudition. L’épouse de Jean Sans Terre, autre fils d’Aliénor et Henri II : Isabelle d’Angoulême rejoint sa belle famille en 1249.

# Salle capitulaire

C’est dans ce lieu que les moniales se rassemblent pour la lecture commentée d’un chapitre de la réglé monastique. Depuis la fondation de l’abbaye de Fontevraud on suit celle de Saint Benoît. La règle de l’ordre de Fontevraud sera éditée en 1642. La salle est reconstruite en 1543. Sous les belles voûtés d’ogives le décor peint est réalisé entre 1563 et 1567. Les scènes représentes les épisodes de la passion et de la résurrection. Dans les peintures sont représentées les abbesses de Fontevraud.

# Cloître

Il est au cœur du monastère, c’est le lien entre les différents bâtiments. Le cloître de Fontevraud est reconstruit à la Renaissance mais il garde ses proportions du Moyen Age. C’est l’un des plus grands cloître d’Europe.

# Le réfectoire

Le réfectoire de l’abbaye de Fontevraud est accolé a la cuisine romane. Ses dimensions sont impressionnantes : 46 mètres de long et 10 de large. Les religieuses mangent dans le silence avec la lecture d’un passage de l’évangile. Elles partagent deux repas par jour à 11h et 17h. Pendant la période carcérale le réfectoire était un atelier de fabrication de chaises. La tribune date de cette époque et servait à surveiller les prisonniers.

# Les cuisines romanes

Elles datent de 1140. Leur architecture est originale et assez unique. A l’origine elles avaient un plan octogonal chaque pan était flanqué de huit absidioles, il en reste cinq. A l’intérieur, les absidioles sont séparées par des contreforts-colonnes surmontées de hottes coniques. Les cuisines servaient principalement de fumoir.

Pour préparer votre visite à l’abbaye de Fontevraud rdv par ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.