Les pigeonniers #1

Les pigeonniers font partis intégrante du patrimoine, pourtant je trouve qu’ils ne sont pas assez mis en valeur. C’est pour cela que j’ai décidé de faire une série d’articles sur le sujet, un premier sur l’histoire des pigeonniers et ensuite des articles photos.

Pigeonnier Prieuré de Lavaray

L’histoire des pigeonniers remonte à l’antiquité ou ils étaient déjà présents le long de la Méditerrané et au Moyen Orient. En France au Moyen Age, le privilège d’avoir un pigeonnier est réglementé par le droit féodal. A la fin du XVII ème siècle on dénombre plus de 42 000 pigeonniers sur le territoire ! Selon la définition de Violet le Duc un pigeonnier est «  un bâtiment destiné à contenir des troupes de pigeons et à leur permettre de pondre et de couver leurs œufs à l’abri des intempéries ». Tantôt nommé pigeonnier, colombier où fuie je vais utiliser par simplicité la dénomination pigeonnier.

L’élevage du pigeon présente de nombreuses utilités et avantages :

→  Sa chair est tendre, c’est un garde-manger notamment en période de disette. Ses œufs sont également comestibles.
→ La colombine est un engrais prisé, l’excès est vendu et assure des revenus.
→ C’est un moyen de communication notamment en période de guerre.
→  Les plumes servent à la confection de coussins, couettes.
→ Pour la fauconnerie, le pigeon est mangé par les rapaces.

Pigeonnier abbaye de Seuilly

Le droit de pigeonnier était proportionnel à l’importance de la propriété. En Touraine 1 boulin = un acre soit 34 ares donc 1/3 d’hectare. Mais cette unité est différente en fonction des régions. Si le seigneur perd des terres, il a l’obligation de murer des boulins. Les pigeons étaient vus comme une catastrophe par les paysans, notamment pendant les semailles. Lors de la révolution, des cahiers de doléances recueillent dans les mairies, de nombreuses plaintes et demandes d’interdiction de faire sortir les pigeons pendant certaines périodes. En 1789, le droit de pigeonnier est aboli. Il est précisé cependant que les pigeons devront être enfermés a des périodes fixées, et la chasse aux pigeons est autorisée lors de ces moments.

D’un point de vu architectural, l’édifice est composé de nombreux boulins, qui déterminent le nombre d’hectares du domaine. Le boulin est une niche en forme de L qui accueille un couple de pigeon pour se loger, s’accoupler, pondre, couver et élever leurs petits. Il y a des formes de construction très différentes en fonction des régions, nous retrouvons : les pigeonniers cylindriques, polygonales, carrés, pigeonniers porches, pariétaux, troglodytiques et sur piliers. Les formes de couvertures sont également variées : toit en poivrière, pyramidale, coupole de pierre, polygonale… On trouve toujours des lucarnes, fenêtres, lanternons qui permettent l’accès aux pigeons. Une randière ou bandeau empêche les prédateurs de rentrer dans la construction.

1 réflexion sur “Les pigeonniers #1”

  1. Ping : Les pigeonniers #2 - Carnet de Juliette

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *