Les Cinque Terre

Les Cinque Terre se situe entre Génes et Lucques dans la région de la Ligurie. La côte de la riviera Italienne, est l’un des plus beau littoral de la méditerranée. Sur place les sites naturels et architecturaux se succèdent au détour des villages colorés avec des ruelles étroites, de multiples églises et des terrasses de vignes et oliviers. Le site est classé Parc National des Cinque Terre depuis 1999 et Patrimoine Mondial de l’UNESCO, avec Portovenere, l’île Tino, l’île de Tinetto et l’île Palmaria. Les villages des Cinque Terre sont : Monterosso Al Mare, Vernazza, Corniglia, Manarola et Riomaggiore.

 Jour 1 : Ile Palmaria – Portovenre  : 7 km , dénivelé 210 mètres

L’île de Palmaria, se détache dans le golfe de la Spezia, en face de Portovenere, un bras de mer de 150 mètres les sépare. Palmaria est classé Parc Naturel Régional et a l’UNESCO, pour sa végétation méditerranéene, sa faune et notamment ses reptiles. C’est la plus grande des îles de la Ligurie, 6.5 km2. Sur l’île, on peut découvrir 3 grottes : la grotta Dei Colombi, Del Bersaglière, Azzurra. Il y as aussi une ancienne carrière de marbre noir. L’archipel de Palmaria est aussi composé de l’île de Tinetto et de Tino.

Cette dernière est au sud de Palmaria, c’est une île militaire. Elle est ouverte au public le 13/09 pour San Venerio. Pour la randonnée Palmaria offre nature, falaises, mer et surtout des superbes paysages notamment sur le golfe de la Spezia et Portovenere. Le niveau de la randonnée était moyen, mise à part une montée très escarpée, l’île est assez ombragée. Après cette belle balade, embarquement pour Portovenre.

 Portovenere :  ne fait pas parti des Cinque Terre, et se trouve à la partie ouest du golfe de la Spazia. A l’arrivée, on distingue déjà son château, son église et ses maisons colorées. Les maisons multicolores hautes de 3 mètres * 15 mètres, étaient construites à l’origine pour défendre l’arrière ville. La porte d’entrée du village date de 1113.

L’église San Pietro : fût construite sur un promontoire rocheux en 1198 sur les restes d’un temple dédié à venus. Sa façade est décorée de bandes noires et blanches. Elle est totalement ouverte aux public. 

Le château Doria :  construit en 1161 sur les ruines d’une ancienne forteresse byzantine. Le château supérieur, a été transformé en 1500 et adapté dans les siècles suivant à l’usage des armes à feu. Du haut de ses remparts, il domine le village et offre un panorama sur l’église, l’île Palmaria et la ville. L’entrée coûte 5 euros.

JOUR 2 : LES CINQUE TERRE : 11 KM, DÉNIVELÉ 207 MÈTRES

Route panoramique jusqu’a Manarola, la montée commence. Au total nous aurons monté 400 marches dans la journée. La randonnée va se dérouler sur une côte très escarpée. Le paysage est magnifique, d’un côté, la mer et de l’autre, la montagne. Nous marchons entre les vignes et les oliviers. Les vignobles sont suspendus et soutenus par des murets.

Nous pique-niquons , à Corniglia sur la place de l’église puis descendons à la gare. Ou le train en direction de Vernazza nous attend. Visite express de Vernazza, la ville est superbe mais les touristes sont trop nombreux dans les petites rues. L’église donne sur la mer et le petit port. On remonte dans le train direction Monterosso, ou le bateau nous attend. Nous longeons la côte du village et embarquons pour repartir vers la Spezia.

Les Cinque Terre vue de la mer, est le meilleur point de vue pour admirer ses petits villages.

 Jour 3 : la Péninsule de Portofino : 12 km, dénivelé 350 mètres

Départ à Piettre Strette, nous contournons l’église pour prendre de l’altitude, le chemin de randonnée nous fait passer dans les bois, il est parfaitement aménagé.

Le point de vue sur la mer est superbe. La balade, se passe de plus en plus dans des sous bois mais lorsque la vue est dégagée, le panorama est parfait. Pause pique nique, avec un point de vue sensationnel et on entame la descente vers Portofino.  Sur la route, on découvre un petit oratoire.

Au fond d’une crique, on aperçoit Portofino, classé Parc Naturel Régional. Le petit port est bordé de hautes maisons colorées. Les restaurants et magasins de luxe entourent la place. A 36 km de Gènes, l’ancien village de pécheurs est devenu station balnéaire huppée. Les bateaux à touristes, côtoient les yachts de luxe. Sur place se balader dans les rues est agréable.

 L’égliseSan Martino, date du XII ème siècles, elle est de style romain. Le monument est édifié dans la partie ancienne du village.

Le château de Brown, ses origines remontent au XVI ème siècle. On accède à la forteresse et au jardin suspendu par un escalier au niveau du port. Il est ouvert de 10h à 19h, pour un tarif de 5 euros. Après avoir flâné dans la ville, petit rafraichissement à 5 euros le coca… Direction le bateau pour rentrer à l’hôtel.

Jour 4 : Colonnata : 6 km, dénivelé 450 mètres

Le bus nous dépose à 530 mètres d’altitude, dans les Alpes Apuanes, aujourd’hui  nous longerons le canal Del Venta pour monter jusqu’à 968 mètres. Afin d’avoir un point de vue sur les carrières de marbre. Après 30 min de marche, nous arrivons à Colonnata, ville des Alpes Apuanes en Toscane.
La citadelle est mondialement connue pour ses carrières de marbre et sa production de lard. C’est le lard Di Colonnata, qui est élaboré ici à Colonnata, il est protègé par un label européen. Au pied de l’église du XVI ème siècle, se dresse le monumento Al Cavatore, long de 11 mètres, il pèse 60 tonnes. Il est entièrement en marbre. Ce monument retrace l’histoire du travail de marbre.

Au point culminant de notre randonnée, 968 mètres, on peut apercevoir les carrières qui modèlent la silhouette de la montagne. Les Alpes Apuanes,  dominent à 1946 mètres avec le mont Pisanino.

Ensuite direction Carrara pour visiter une carrière de marbre. La carrière est exploitée dès l’époque romaine, à flanc des Alpes Apuanes. Son marbre est très blanc, c’est l’un des plus prisé pour la sculpture et l’architecture. Il y as 2 types de carrières, fermées et à ciel ouvert. Pour découper, les blocs de marbre, le fil de diamant est toujours utilisé. Notre guide, nous explique que malgré l’évolution des conditions de travail, les accidents graves, arrivent encore régulièrement. Et les salaires sont très bas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.