Abbaye de Saint Savin – Vienne

Dans la Vienne, au cœur de la Vallée des Fresques se trouve un monument unique. Surnommée la «  Sixtine Romane » l’abbaye de Saint Savin est le plus grand ensemble de peintures murales d’Europe du XI et XII ème siècle. Le site est classé au Patrimoine Mondial par l’UNESCO en 1983.

La tradition remonte au V ème siècle quand deux frères, Savin et Cyprien fuient l’Italie suite à des reproches de leur foi chrétienne. Ils se retrouvent près de la Gartempe et seront martyrisés. Les reliques des Saints sont retrouvées dans ces lieux vers 800. Baidilus, abbé de Marmoutier fonde une église pour abriter les reliques. Le prieur confie l’abbaye à Benoît d’Aniane, le réformateur de la règle bénédictine et y installe la première communauté au IX ème siècle. Un castrum va être construit à côté de l’édifice par Charlemagne.

Aumode, une comtesse du Poitou fait un don en 1010 et l’église actuelle est construite. Au XIII ème siècle, suite à d’autres dons les bâtiments conventuels sont édifiés. Au XIV ème siècle avec la guerre de Cent Ans, c’est la fin de la prospérité de l’abbaye. Ensuite les guerres de Religions prolongent cette indigence matérielle et spirituelle. Avec l’arrivée des abbés laïcs en 1600 les bâtiments du XII et XIII ème sont démantelés pour vendre les pierres. Il reste seulement 1/3 des bâtiments originaux. Les religieux de Saint Maur reprennent l’abbaye au XVII ème siècle et édifient de nouveaux bâtiments. Avec la période révolutionnaire le lieu va connaître différents usages et l’église devient paroissiale en 1792.

# L’église

L’abbatiale est longue de 42 mètres pour 17 de large. On y découvre des peintures à divers endroits : voûte, porche, crypte qui datent du XI et XII ème siècle. Elles avaient une fonction : de décoration, d’enseignement religieux, et de prière. Au total les peintures de Saint Savin couvrent une surface de 700 m². Elles s’organisent de façon thématique : cycle de l’apocalypse, passion et résurrection, épisode de l’ancien testament, martyr des saints Savin et Cyprien. Le plus impressionnant c’est la voûte qui culmine à 17 mètres. La surface de cette partie de peintures représente 460 m² . Le tout forme une bande de 168 mètres de long. Contrairement au reste des peintures, les colonnes sont peintes au XIX ème siècle lors d’une campagne de restauration. La flèche gothique de l’abbatiale culmine à 80 mètres et date du XIX ème, en remplacement d’une flèche plus ancienne.

Les différents bâtiments étaient disposés dans la tradition des abbayes. Mais il en reste environ 1/3. L’aile orientale large de 50 mètres est la seule partie conventuelle qu’il reste. De style classique, elle date du XVII ème siècle.

# Le réfectoire et cellules des moines

On y trouve de belles voûtes d’ogives. Sous le réfectoire il y a des traces archéologiques de la salle capitulaire voûtée du XIII ème siècle. Une des scènes peintes de la nef de l’église : le combat des rois, est posé sur le mur nord du réfectoire en 1969 suite à l’état préoccupant de la voûte. A l’étage, les cellules des moines donnent sur l’Est. Aujourd’hui c’est un lieu d’exposition.

# Le logis de l’abbé et la tour Léon Edoux

C’est un bâtiment de style néo médiéval construit au XVII ème siècle et modifié au XIX ème siècle. C’est donc ici que logeaient les abbés. Léon Edoux, un ingénieur natif de Saint Savin, prend possession du lieu au XIX ème siècle. Il va construire dans la tour crénelée le premier ascenseur hydraulique. C’est lui qui va avoir en charge la conception des ascenseurs de la tour Eiffel.

Pour accompagner la visite du monument, une tablette est proposée. Je vous conseille vraiment cet outil car il permet de mieux apprécier l’héritage que nous laisse l’abbaye de Saint Savin.

Pour prépare votre visite à l’Abbaye de Saint Savin rdv par ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.